De l’enfer du décor

leboisdelacorde

corde1

picdenotresurporte

notrepont

detoutescelles

« Je crois que c’est ça que je reproche aux livres, en général, c’est qu’ils ne sont pas libres. On le voit à travers l’écriture: ils sont fabriqués, ils sont réglementés, conformes on dirait. Une fonction de révision que l’écrivain a très souvent envers lui-même. L’écrivain, alors il devient son propre flic. J’entends par là la recherche de la bonne forme, c’est-à-dire de la forme la plus courante, la plus claire et la plus inoffensive.Il y a encore des générations mortes qui font des livres pudibonds.Même des jeunes: des livres charmants, sans prolongement aucun, sans nuit.Sans silence. Autrement dit sans véritable auteur. »
Écrire/ Marguerite Duras.

Conception Ruhe – Le Cirque.

Sonate en brique majeure

bifide

 

 

comeinside

 

 

demeurer

 

 

pierredebois

« La lune plaquait ses teintes de zinc
Par angles obtus.
Des bouts de fumée en forme de cinq
Sortaient drus et noirs des hauts toits pointus.

Le ciel était gris.La bise pleurait
Ainsi qu’un basson.
Au loin, un matou frileux et discret
Miaulait d’étrange et grêle façon.

Moi, j’allais, rêvant du divin Platon
Et de Phidias,
Et de Salamine et de Marathon,
Sous l’œil clignotant des bleus becs de gaz. »

Croquis Parisien/ Paul Verlaine.

Conception Ruhe – Le Cirque.

Archives de peau

tetedepierre

terreetpierre

tombéedimmeu

formedelampe

« Ce n’était pas une installation de nature à inspirer grand respect et rien ne pouvait mieux rassurer un accusé que de voir le peu d’argent dont disposait cette justice qui était obligée de loger ses archives à l’endroit où les locataires de la maison, pauvres déjà, parmi les pauvres, jetaient le rebut de leurs objets. » Kafka/Le Procès.

Trust in street # 4

Conception Ruhe – Le Cirque.

 

Requiem pour une Pierre

maison

mur

porte

enet

church

« Elles sont pour nous une pause bienfaisante dans le tumulte de notre vie intérieure, une image consolante, un espoir, mais nous les entendons tout de même comme des résonances d’une période différente, révolue, qui au fond nous est étrangère.Lutte des sons, équilibre perdu, « principes » qui tombent, roulements de tambour inattendus, grandes questions, recherche apparemment sans but, impulsions apparemment déchirées et nostalgie, chaînes et liens rompus, en renouant plusieurs en un seul, contrastes et contradictions- voilà notre harmonie. » Kandinsky/ Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier.

Conception Ruhe – Le Cirque.