Sequels

portrait rouen cathedrale isabelle pompe

 

 

portrait chai à vin rouen isabelle pompe

 

 

portrait rouen rive droite isabelle pompe

 

 

portrait alain rault rouen isabelle pompe

 

Sequels – Rouen, Portrait – Chai à Vin, Alain Rault, Cathédrale Notre Dame, Rive droite.

De la difficulté de réaliser un portrait, de la quiétude qu’apporte l’assimilation, je réalise cette suite en pensant à ces mots d’hier, privatisée, endettée jusqu’à l’os, elle vend….Elle cède du terrain cette ville….L’Aître Saint Maclou, l’École des Beaux Arts, Le Chai à vin, L’Église Saint Paul, L’Église Saint Nicaise, l’École normale des institutrices,  le siège de la CCI, une partie du Stade Mermoz…Combien de bâtisses j’ai vu tomber déjà….

© Isabelle Pompe L.

Episodes photographiques

she shook me cold

 

 

Wish You Were Here

 

 

Got to give it up

 

 

keep your lips sealed

Tapku était un projet, il est désormais un work in progress photographique actuellement présenté sur Tumblr et fortement soutenu, le sujet est la femme comme portrait fictif, autoportrait et personnage, il sera exposé dans différents lieux sous la forme d’épisodes en cette superbe année 2016, Merci!

Merci pour votre soutien, votre présence et vos commentaires depuis le début, à l’origine!

©Isabelle Pompe L.

No Self Control

La fontaine bar

Par amour du personnage

 

 

 

Mordre la ligne

Pour l’absorption de la rencontre

 

 

 

Cadre

Pour la beauté des portraits

 

 

 

 

MCQ

Par jeu de mémoire

 

 

 

nantes

Pour la volonté des lieux

 

Article Numéro 200, pour, à ce jour, 228 abonnés, près de 10 mois de présence sur cet espace, 1596 likes: Un grand merci pour ces bienfaits!

Cet article possède l’exception de comporter cinq créations, il doit cela à ce chiffre, 200. Les sujets, presque des fétiches, sont tous traités avec la notion de jeu qui a fait la marque de fabrique des photographies du collectif. Nous avons eu pour idée depuis notre « commencement » en images de faire se répondre certains niveaux de lecture, de jouer avec les dimensions, les degrés, de travailler avec la notion de confrontation/Absorption. Comme toute histoire, notre principe narratif s’est servi de toutes les sources mises à sa disposition, des images à n’en plus finir, des rencontres, des histoires de rêves, des voyages de lieux et de personnages jusqu’à plus soif parce que tout, selon nous, est une pièce maîtresse possible, tout peut être personnage d’une histoire.

En espérant que notre territoire sied toujours à vos yeux.

Vous pouvez découvrir un  nouvel espace de présentation de mon travail et de mes collaborations, Tapku,  sur Tumblr: Merci

IPL.

Langue sèche, yeux humides

site specific

 

 

 

 

Table rase Gilles saussier Frac

 

 

 

 

un coeur

 

 

 

 

Frac Saussier gilles enter

1ère relecture libre et non exhaustive de l’exposition de Gilles SaussierSite Specific – au Frac de Haute Normandie.

Réinterprétation réalisée par Isabelle Pompe L. pour le collectif Ruhe Le Cirque. 

Gilles Saussier propose depuis la fin des années 1990 une activité ouverte, construite autour d’un nombre choisi de projets documentaires et de corpus d’images (Empire 565, Studio Shakhari bazar, Envers des villes, endroit des corps, Le tableau de chasse…) qu’il revisite, entrecroise et recompose sans cesse pour en enrichir la lecture et l’actualité. Il a participé à la Documenta 11 de Kassel en 2002, à l’exposition Covering the real au Kunstmuseum de Bâle en 2005, à l’exposition L’archive universelle. la condition du document et l’utopie photographique moderne (2008) au MACBA de Barcelone. Il a notamment publié Studio Shakhari bazar (Le point du jour éditeur, Paris 2006), Situations du reportage, actualité d’une alternative documentaire (Communications, n°71, Paris 2001), et Le Tableau de chasse (Le point du jour éditeur, Paris 2010). Les projets de Gilles Saussier entrecroisent les genres de la photographie documentaire et de l’art conceptuel. Ils engagent la photographie en tant qu’acte performatif et non pas simplement image ou information.

http://www.gilles-saussier.fr/information/biographie.html

 » C’est l’intertextualité qui structure désormais la question du site plus que la relation à l’espace. Le Modèle n’est plus la carte mais l’itinéraire, un séquence fragmentaire de séquences et d’actions à travers l’espace, un récit nomade dont le chemin est articulé par le passage de l’artiste ». Miwon Kwon, One place after another: Notes on a site specificity, Revue October n° 80, 1997.