Sequels

portrait rouen cathedrale isabelle pompe

 

 

portrait chai à vin rouen isabelle pompe

 

 

portrait rouen rive droite isabelle pompe

 

 

portrait alain rault rouen isabelle pompe

 

Sequels – Rouen, Portrait – Chai à Vin, Alain Rault, Cathédrale Notre Dame, Rive droite.

De la difficulté de réaliser un portrait, de la quiétude qu’apporte l’assimilation, je réalise cette suite en pensant à ces mots d’hier, privatisée, endettée jusqu’à l’os, elle vend….Elle cède du terrain cette ville….L’Aître Saint Maclou, l’École des Beaux Arts, Le Chai à vin, L’Église Saint Paul, L’Église Saint Nicaise, l’École normale des institutrices,  le siège de la CCI, une partie du Stade Mermoz…Combien de bâtisses j’ai vu tomber déjà….

© Isabelle Pompe L.

Publicités

In 1964, Hitchcock stops the colours.

marnie 1Marnie.

She has no references at all, Man and a good name don’t go together, my daughter is the private secretary to a millionaire, we don’t need man mama, decent woman don’t have need for any man, why don’t you love me mumy? What’s wrong with me, I said supper is ready. »  marnie 2Good hard demanding work, I train her to trust me, instinctual behaviour, lady’s instinct to? The instinct of predator. Stop the colours, it’s over, all over. I like horses, noblesse oblige, the inside of a man or a woman is the outside of a horse, I don’t have anybody, insurance, we establish that you’re a thief and a liar, now what is the degree, you can take legal position, 42 thousand dollars plus taxes, pay off Strutt, wives follow husbands to front door, 116 Van Buren street, mama, don’t cry, I’m a big movie fan, I know the game, come on let’s play, water, air, sex, death, needles, black, red, white, white, help me, if you tell my mother about me, I kill you, get out, I’m decent. »

marnie 3marnie4A silent plan.
Une de mes scènes favorites, la lenteur et la mise en place, 42 minutes et 9 secondes. Puis le silence est total, 43 minutes et 5 secondes, pas de musique, pas de voix, la stricte observation sans dissipation. Elle arrive de dos, pousse la porte de ces toilettes pour dames sans saluer personne, à peine si on la remarque, elle attend, dans cet mi-ombre magnifiée, l’instant va durer, elle nous place dans cette même définition du temps, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun bruit. Elle sort, de dos, encore de dos, de profil avec son sac posé sur le lavabo, puis la tension monte, elle sort, se dirige, prend son sac, la clé, laisse la porte du bureau grand ouvert, regarde le code, il nous est donné à voir, nous sommes témoins et solidaires de son acte, son gant, la poignée, le coffre s’ ouvre, elle s’affaire à remplir son sac de billets, beaucoup de billets. La caméra se déplace sur l’arrière et le plan s’ouvre, la scène devient duel. 45 minutes.

marnie 5 marnie 6A Stressful Duel.

Deux mondes, deux femmes, deux âges, deux générations, travaillent, 45 minutes 45 secondes, elle réalise la présence de cette autre femme. De ce gris opulent à gauche, répond le marron, le bois, la noblesse du bois de ce bureau est accolé à ce gris industriel et stérile.Les tenues des deux femmes se marient à leurs deux univers respectifs, Marnie fait figure de jeune femme, maîtresse du puissant patron, à qui la vie va sourire, qui, sous peu, ne manquera de rien mais elle vole, un viol est ici raconté. Attendre sa proie, la prendre, l’avoir sous son contrôle, la dominer, le ventre de ce coffre s’ouvre et c’est l’argent de Rutland, de cet homme qui la touche et de sa future belle sœur qu’elle dérobe. Cette porte grise en plein milieu qui divise, sert de frontière entre deux mondes. Marnie, pourrait venir de celui là, une origine modeste, grâce à son refus et à son désir d’ affranchissement, en somme grâce à un instinct de survie très développé, elle décide de voler, de changer de camp, c’est l’évolution de son espèce, rien ne lui arrive, elle n’est pas prise sur le fait, sa chaussure tombe à terre, 46 minutes et 26 secondes, elle perd ce temps précieux pour les enlever et pour les remettre mais personne ne l’entend ni ne l’a voit.Par chance, l’employée du ménage est dur d’oreille et le jeune homme ne regardait que dans une seule direction.Le son et la vue sont les sens réfutés de cette scène extraordinaire. Les bruits de pas du jeune homme se font entendre, 46’41 Le mot, « Big Rush « apparait comme s’il perçait d’un coup ce sourd instant, 46’50 soit près de 3 minutes 40 de silence!

marnie 7